Félibrée de Sceaux 2021 - Discours

Monsieur le Capoulié du Félibrige, Monsieur le Maire, chers amis,

1970, c’était il y a 50 ans, Clément Caraman, alors premier adjoint au maire, fonde avec des amis l’Association des Méridionaux de Sceaux.

La naissance de cette association s’inscrit dans une tradition dont la source n’est rien plus que ténue : quatre couplets en Languedocien cités en note de bas de page d’un mélodrame pastoral. « Estelle et Némorin » est composé en 1788 par Jean Pierre Claris de Florian dont l’œuvre est entièrement en français. Florian natif de Sauve dans le Gard, quitte ses Cévennes à l’age de 10 ans pour être placé à Paris ; à 13 ans, il devient page du Duc de Penthièvre et à cette période, il est présenté à Voltaire dont il est petit-neveu par alliance.

Un siècle plus tard, en 1877, Paul Arène et Valère Vernier, disciples de Frédéric Mistral, se rendent à Sceaux en train et découvrent face à la gare, au pied de l’église Saint-Jean-Baptiste, le monument funéraire de Florian. La tradition félibréenne et méridionale de Sceaux est née.

Passent les années. En 1950, Sceaux est proclamée « Cité félibréenne », enclave méridionale au nord de la Loire.

Et la vie poursuit son cours : 1979 : centenaire de la première félibrée, 1984 : nouvelle Sainte Estelle. Marchés de Provence, foires au santons, biennale de l’art santonnier, conférences, concerts, réunions rythment la vie de notre école félibréenne. Mes pensées vont à Clément, Denise, Jacques, Claude et à tous ceux qui ont œuvré avec eux.

Puissent les décennies à venir nous voir maintenir notre âme, notre culture, notre langue, notre façon particulière et méridionale de vivre notre humanité.

Bon anniversaire… en retard !